L'encyclopédie des Sciences
  Gravity Probe B, un test de la relativité d'Einstein en sursis
 

Gravity Probe B, un test de la relativité d'Einstein en sursis

Par Laurent Sacco, Futura-Sciences

C’est la déception dans la communauté des physiciens explorant le domaine de la gravitation relativiste expérimentale. Confrontée à des difficultés inattendues pour extraire des expériences placées à bord de Gravity Probe B un signal clair en faveur de l’effet Lense-Thirring, la Nasa envisage de ne plus financer la poursuite de ce travail après septembre 2008.

Lancée en 2004 afin de vérifier deux prédictions fort anciennes de la théorie de la relativité d’Einstein, l’effet de Sitter et l’effet Lense-Thirring (LS), la sonde Gravity Probe B (GPB) risque de ne pas pouvoir achever sa mission. Le premier effet a été mis en évidence par les chercheurs l’année dernière mais le second, beaucoup plus faible, résiste encore. Les chercheurs ont en effet réalisé qu’ils avaient sous-estimé les causes de bruits dans leur dispositif expérimental.

D’après les calculs de Lense et Thirring, un gyroscope placé à côté d’un corps céleste en rotation doit voir son axe effectuer un mouvement de précession. L’effet est si faible que même dans le cas de la Terre, il a fallu faire appel à des sphères de quartz presque parfaites, recouvertes de niobium supraconductreur.


Pour assurer la précision nécessaire, l'expérience doit être conduite à 2,3 kelvins. Les instruments sont donc plongés dans un réservoir contenant 2.441 litres d'hélium liquide, qui, à cette température, se présente à l'état superfluide. © Nasa

Malheureusement, à des perturbations inattendues provoquées par les éruptions solaires s’ajoutent des couples là aussi non prévus rendant plus difficile et surtout plus longue l’extraction d’un signal indiscutablement relativiste. Après de multiples dates, c’est maintenant pour 2010 que les membres de GPB annoncent la possible mise en évidence de l’effet LT.

C’est trop pour la dizaine d’experts de la Nasa qui, confrontés à des coupes budgétaires, considèrent que l’argent initialement prévu pour GPB après septembre sera plus efficacement dépensé pour d’autres projets comme Swift et Chandra.

Commenter cette news ou lire les commentaires

Une des sphères supraconductrices de GPB, en quartz recouvert de niobium. Crédit : Nasa
Une des sphères supraconductrices de GPB, en quartz recouvert de niobium. Crédit : Nasa





Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre message:

 
  nombre de visiteurs venus 484236 visiteurs (2037248 hits) Ici!

Tracked by Histats.com
Recherche personnalisée
$value) { if ($param == 'client') { google_append_url($google_ad_url, $param, 'ca-mb-' . $GLOBALS['google'][$param]); } else if (strpos($param, 'color_') === 0) { google_append_color($google_ad_url, $param); } else if ((strpos($param, 'host') === 0) || (strpos($param, 'url') === 0)) { google_append_url($google_ad_url, $param, $google_scheme . $GLOBALS['google'][$param]); } else { google_append_globals($google_ad_url, $param); } } google_append_url($google_ad_url, 'dt', round(1000 * array_sum(explode(' ', microtime())))); return $google_ad_url; } $google_ad_handle = @fopen(google_get_ad_url(), 'r'); if ($google_ad_handle) { while (!feof($google_ad_handle)) { echo fread($google_ad_handle, 8192); } fclose($google_ad_handle); } ?>
 
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=