L'encyclopédie des Sciences
  L'ADN est un bon conducteur d'électricité
 

L'ADN est un bon conducteur d'électricité

Par Laurent Sacco, Futura-Sciences

Les propriétés conductrices de l’ADN font l’objet de multiples études depuis un certain temps. Elles intéressent aussi bien le biologiste que le physicien, notamment dans le cadre de l’électronique moléculaire. Des chercheurs japonais sont parvenus à mieux comprendre ces performances électriques.

On ne présente plus l’ADN, la célèbre molécule de la vie. On sait peu, en revanche, que son rôle biologique de support de l’information génétique avait été anticipé par le physicien Erwin Schrödinger, l’un des fondateurs de la mécanique quantique. De plus, beaucoup de travaux en biologie moléculaire ont fait intervenir les méthodes de la physique, comme la diffraction de rayons X. De nos jours, l’ADN continue à susciter l’attention et même la fascination des physiciens.

En particulier, ils étudient ses propriétés conductrices afin d’utiliser l’ADN pour construire de minuscules circuits électroniques et même des ordinateurs miniaturisés. Toute une électronique moléculaire s'est ainsi construite autour de la célèbre double hélice. Une autre conséquence possible de cette recherche, selon les biophysiciens, est de comprendre comment les enzymes reconnaissent les dommages subis par l’ADN. C’est de la plus haute importance pour comprendre l’origine des cancers et ainsi, peut-être, mieux apprendre à les prévenir et les soigner.

Il se trouve que les travaux sur la conductivité de l’ADN ont fourni des résultats parfois contradictoires, et même mystérieux. En fait, la plupart des études se sont concentrées sur les transports d’électrons par les bases azotées montées sur le squelette de l’ADN, formé d'une succession de groupements phosphatés et de sucres. Presque rien n’a été fait sur les propriétés conductrices du squelette lui-même.

Léon Brillouin et la conductivité de l'ADN

Pourtant, peu après la découverte de la structure en double hélice par Watson et Crick en 1953, le grand physicien français Léon Brillouin, bien connu pour ses travaux de mécanique quantique appliqués à la conduction des électrons dans les solides cristallins, avait fait une constatation intéressante.


Crédit : AIP Emilio Segre Visual Archives

Le squelette lui-même avec, son alternance de molécules d’acide phosphorique et de désoxyribose, représente une structure périodique, comme dans un cristal. On pouvait donc s’attendre à ce que la conduction y soit possible. Cette remarque n’avait pas eu l’écho qu’elle méritait, probablement parce que les bases elles-mêmes, montées sur le squelette, introduisaient une structure rappelant celle du graphite : un excellent conducteur. C'est donc au niveau de ces dernières que la majorité des études sur la conductivité de l’ADN ont été menées.

La conductivité du squelette de l'ADN

Tetsuhiro Sekiguchi de la Japan Atomic Energy Agency et Hiromi Ikeura-Sekiguchi de l’AIST Research Center ont donc entrepris d’étudier la question de la conductivité du squelette de l’ADN et c’est en utilisant une autre découverte faite par un Français qu’ils ont été les premiers à mesurer la façon dont les électrons s’y déplacent. Ils ont fait appel à la technique de la spectroscopie Auger.


Pierre Auger. Crédit : Esa

Lorsqu’on soumet un atome à un faisceau de rayons X ou d’électrons de haute énergie, l’atome peut perdre par ionisation un électron d'une couche profonde, proche de son noyau. Un trou se produira donc dans cette couche et un électron d’une autre couche de l’atome aura tendance à venir le remplacer en provoquant l’émission d’un photon. Celui-ci pourra à son tour éjecter un second électron, que l’on appelle un électron Auger. En mesurant l’énergie de ce dernier, on peut étudier les propriétés physiques et chimiques des surfaces des matériaux.

Dans le cas présent, les chercheurs japonais ont utilisé un faisceau de rayons X pour exciter les électrons des atomes de phosphore dans le squelette de l’ADN. En mesurant les caractéristiques des électrons Auger émis, les chercheurs ont pu déterminer si des électrons s’étaient déplacés par conduction le long du squelette et à quelle vitesse. Ils ont effectivement trouvé qu’un processus de conduction se produisait bien, et avec une vitesse pour les électrons un millier de fois plus rapide au niveau du squelette qu’au niveau des bases.

Là est probablement la clé qui explique les résultats anormaux et contradictoires que l’on avait obtenus jusqu’ici au sujet des propriétés conductrices de l’ADN.

Commenter cette news ou lire les commentaires

La double hélice qu'on ne présente plus... Crédit : Antonio H. Castro Neto
La double hélice qu'on ne présente plus... Crédit : Antonio H. Castro Neto





Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre message:

 
  nombre de visiteurs venus 484505 visiteurs (2038413 hits) Ici!

Tracked by Histats.com
Recherche personnalisée
$value) { if ($param == 'client') { google_append_url($google_ad_url, $param, 'ca-mb-' . $GLOBALS['google'][$param]); } else if (strpos($param, 'color_') === 0) { google_append_color($google_ad_url, $param); } else if ((strpos($param, 'host') === 0) || (strpos($param, 'url') === 0)) { google_append_url($google_ad_url, $param, $google_scheme . $GLOBALS['google'][$param]); } else { google_append_globals($google_ad_url, $param); } } google_append_url($google_ad_url, 'dt', round(1000 * array_sum(explode(' ', microtime())))); return $google_ad_url; } $google_ad_handle = @fopen(google_get_ad_url(), 'r'); if ($google_ad_handle) { while (!feof($google_ad_handle)) { echo fread($google_ad_handle, 8192); } fclose($google_ad_handle); } ?>
 
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=