L'encyclopédie des Sciences
  La bryostatine : un médicament anti-cancéreux de la mer noue avec les biotechnologies
 
La bryostatine : un médicament anti-cancéreux de la mer noue avec les biotechnologies

Publié le lundi 26 mars 2007. 

Le milieu marin regorge de molécules surprenantes. Les bactéries symbiotiques présentes sur les larves de Bryozoaires produisent ainsi un composé chimique, la bryostatine, les préservant de la prédation des poissons. Plus surprenant encore, ces molécules ont des propriétés anti-cancéreuses d’ores et déjà à l’étude afin de les utiliser comme médicaments. Reste cependant à résoudre la production en masse de cette substance marine. Des scientifiques de l’Université de l’Oregon auraient peut-être un élément de réponse, avec la découverte d’un cluster de gènes bactériens, impliqué dans la protection des larves de Bryozoaires.

JPG - 6.7 ko
Gros plan sur des zoïdes de Bugula neritina
Crédits : Margo Haygood, OHSU

Bugula neritina est un Bryozoaire marin cosmopolite. Cet animal forme des colonies brun-pourpres de zoïdes le long des côtes rocheuses, ou s’accrochant sur des substrats artificiels (structures portuaires, coques de bateaux ...). Cette espèce vit en symbiose avec une bactérie, Endobugula sertula, capable de secréter une biomolécule active, la bryostatine. Cette substance recouvre les larves mobiles de Bryozoaires, et agit comme un répulsif des poissons prédateurs.

La bryostatine est déjà connue comme agent anti-cancéreux, tout particulièrement la bryostatine-1, active contre les cancers du pancréas et du rein, les leucomes, les mélanomes et les lymphomes de type non-Hodgkinien. Elle est déjà en phase clinique I et II pour son utilisation seule ou en association avec d’autres médicaments.

Mais obtenir la bryostatine en quantités suffisantes pour développer son utilisation pharmaceutique reste encore difficile. La culture de la bactérie reste délicate, cette dernière ne s’adaptant pas correctement à un environnement différent que celui fourni par son hôte naturel. De plus, cultiver le bryozoaire en aquaculture reste bien trop cher par rapport aux rendements obtenus.

Afin de contourner cet obstacle, l’équipe de Pr. Haygood du Oregon Health & Science University et ses collègues du Scripps Institution of Oceanography proposent une nouvelle méthode biotechnologique : en séquençant des gènes chez deux souches relativement proches d’Endobugula sertula isolées chez plusieurs espèces de Bryozoaires, ils ont pu isoler un cluster de gènes dont l’expression, selon l’équipe américaine, correspondrait à la machinerie biosynthétique à l’origine du précurseur commun des bryostatines, baptisé bryostatine-0.

Les prochaines étapes de ce travail consistent désormais à transférer ces gènes chez un organisme capable de les exprimer correctement et de produire en masse des bryostatines, des précurseurs ou de nouvelles formes de bryostatines, afin d’appliquer ces résultats en industrie pharmaceutique.






Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre message:

 
  nombre de visiteurs venus 484505 visiteurs (2038376 hits) Ici!

Tracked by Histats.com
Recherche personnalisée
$value) { if ($param == 'client') { google_append_url($google_ad_url, $param, 'ca-mb-' . $GLOBALS['google'][$param]); } else if (strpos($param, 'color_') === 0) { google_append_color($google_ad_url, $param); } else if ((strpos($param, 'host') === 0) || (strpos($param, 'url') === 0)) { google_append_url($google_ad_url, $param, $google_scheme . $GLOBALS['google'][$param]); } else { google_append_globals($google_ad_url, $param); } } google_append_url($google_ad_url, 'dt', round(1000 * array_sum(explode(' ', microtime())))); return $google_ad_url; } $google_ad_handle = @fopen(google_get_ad_url(), 'r'); if ($google_ad_handle) { while (!feof($google_ad_handle)) { echo fread($google_ad_handle, 8192); } fclose($google_ad_handle); } ?>
 
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=