L'encyclopédie des Sciences
  Différents type de réseaux
 
Différents types de réseaux

Résumé

Quel type de réseau choisir? Entre réseaux filaires et sans fils, vous trouverez toutes les informations nécessaires pour faire votre choix.

Un peu plus en détail

Durant ces dernières années, une multitude de types de réseaux sont venus enrichir le monde de la communication informatique. Bien que toutes ces solutions aboutissent au même résultat : Connecter vos unités informatiques entre elles, le choix du type de réseau reste crucial afin de pouvoir vous garantir une performance accrue mais également une flexibilité maximale. Mais alors quel type de réseau choisir ? C’est la question que nous allons aborder ici-même afin de vous aider dans votre décision finale. Tout d’abord nous aborderons les réseaux filaires, contraignants niveau mobilité, mais garantissant des performances maximales. Par la suite nous évoquerons les technologies Sans Fil (Wireless) ; pour enfin découvrir des technologies de mise en réseau atypiques. Enfin, vous trouverez un résume de l’ensemble des technologies citées précédemment synthétisé sous forme d’un tableau comparatif.

Les réseaux filaires :

L’univers des réseaux filaires est, certes vaste, mais assez simple en soi. De manière générale, les donnes transitent d’une unité a une autre au travers d’un câble ; que ce soit téléphonique, Ethernet, câble TV ou encore bien d’autres. Par la suite intervient le taux de transfert, c'est-à-dire la vitesse de transmission d’informations au travers des différents câbles et des différentes normes utilisées.

Au fil des années, les différentes technologies utilisées ont permit de décupler le débit d’informations transitant d’un poste à un autre. Il y a environ 10 ans, les débits se mesuraient en ko/s (Kilo Octet par seconde) ; désormais ils se comptent en mo/s (Mega octet par seconde), soit une multiplication des débits de l'ordre de 1000.

Actuellement, la technologie filaire la plus utilisée dans les réseaux locaux est l’Ethernet, de par sa facilité de déploiement et son rapport performances / coûts optimal. La technologie, rapportée sous la norme IEEE 802.3, fonctionne en reliant l’intégralité des postes à une ligne dite de « commutation » chargée de veiller sur le bon transport des information mais également gérer les collisions entre paquets d’information. En effet, le protocole de transport d’informations, appelé le CSMACD pour Carrier Sense, Multiple Access, Collision Detect vérifie lors du transfert si des données sont déjà en transit sur le câble. Si une collision est détectée, les données seront placées en file d’attente puis réenvoyées dès que possible.

Sur le plan du déploiement Ethernet, toutes les stations sont reliées au réseau par le biais d’un câble basé sur des conducteurs métalliques. Dans le but de connecter plus de 2 stations, l’utilisation d’appareils comme des routeurs ou bien des hubs est nécessaire afin de pouvoir identifier chaque poste grâce au protocole TCP/IP. Leur coût n’est pas exorbitant mais il est nécessaire d’en déployer plusieurs afin de bénéficier d’un réseau optimal.

Voir la fiche : Fonctionnement d'un routeur



Voir la fiche : Le protocole TCP/IP

Dans un registre supérieur, comme par exemple le transfert d’informations à très haute vitesse entre 2 sites, la technologie Ethernet sera supplantée par l’utilisation de fibre optique. Cette Fibre optique permet de garantir un transfert à haute vitesse grâce à la transmission des données directement en numérique (Données composées de 0 et de 1) ; mais également par le fait que, à l’instar des autres technologies basées sur des conducteurs en métal, aucune interférence ne vient perturber les transmissions des liaisons optiques. Cela permet, en outre de pouvoir disposer sur n’importe quel site des liaisons optiques comme par exemple à coté des lignes à très haute tension, chose qui est inconcevable avec des câbles basés sur le métal.

Voir la fiche : La fibre optique

Sur les domaines des réseaux Internet, 2 technologies s’affrontent ; L’une d’elle transite par le biais d’un câble TV et diffuse également un bouquet de chaînes télévisées ; tandis que l’autre est basée sur la ligne téléphonique, séparant le flux de voix du flux de données.

Le réseau Internet par câble repose sur la présence d’un opérateur de télédiffusion par câble dans votre rue ou votre immeuble. L’opérateur installe un boîtier chargé de séparer les différents flux télévisions avec le flux de données pour ensuite utiliser le réseau Ethernet pour faire une passerelle entre le câble télévisé et le poste client. L’avantage réside dans le fait que la connection est toujours active ; cependant le débit de connection peut théoriquement atteindre 10Mbps mais ne dépasse que rarement les 5Mbps du au fait du partage des ressources entre différents utilisateurs d’un immeuble et le bridage volontaire des opérateurs afin de garantir une bonne image télévisuelle. D’autre part, pour vous équiper de cette technologie, vous devez impérativement avoir votre rue câblée à cet opérateur, chose qui n’est encore restreinte qu’aux grandes villes.

Enfin, parmi les réseaux Internet se dégage la très en vogue technologie DSL (Digital Subscriber Line) et ses technologies filles HDSL, SDSL, ADSL, RADSL, VDSL. Cette technologie repose sur la ligne téléphonique filtrée au niveau des centraux téléphoniques, séparant le flux de voix du flux de données. Cette technologie, très en vogue actuellement en France permet d’atteindre des débits allant jusqu'à 25Mbps en voie descendante. En effet, la technologie DSL ne permet pas d’avoir des débits symétriques. Le débit en voie descendante est environ 10 fois plus gros que le débit en voie ascendante. Reposant à la fois sur les connections en fibre optique pour le raccordement des centraux téléphoniques et sur la technologie Ethernet pour la connection entre le modem recevant la ligne téléphonique en entrée. La contrainte freinant l’évolution des technologies DSL est que l’atténuation du signal devient de plus en plus importante selon la distance entre la ligne téléphonique cliente et le central. De par ce fait, il est impossible de raccorder un utilisateur au mieux a partir d’une distance de 7km par rapport central téléphonique, multipliant ainsi l’installation des terminaux appelés DSLAM dans les centraux téléphoniques, ce qui représente des coûts non négligeables pour les fournisseurs d’accès a Internet.

Voir la fiche : Fonctionnement d'un DSLAM

Les réseaux sans fil:

Afin de ravir les utilisateurs nomades, les connections sans fil ont connu un essor considérable ces 3 dernières années. Destine à raccorder les périphériques mobiles aux réseaux informatiques sans passer par une connection filaire comme l’Ethernet et donc du coup priver l’utilisateur de sa mobilité, la connection sans fil est devenu le réseau incontournable pour les entreprises ; mais également le grand public. L’avantage réside dans la zone de couverture de ces réseaux. Elle peut aller a 10 mètres a plusieurs kilomètres (bientôt plus de 40km pour le très controverse Wi-Max) et par l’interopérabilité des différentes normes (802.11a, 802.11b, 802.11g pour le Wi-Fi)

Commençons tout d’abord avec le fameux Wi-Fi. Vous avez du sûrement déjà en entendre parler. Ce WIreless FIdelity se propage par les ondes radio sur une fréquence de 2.4Ghz. Elle est divisée en 13 canaux pour la France (11 pour les Etats-Unis) afin de pouvoir disposer de plusieurs réseaux sur la même surface. Déclarée sous la norme ISO 802.11, le Wifi permet, grâce à un routeur ou un point d’accès, de désservir une zone de couverture d’un rayon 100metres théorique. Ceci étant, comme pour les réseaux filaires, l’atténuation du signal se détériore très vite en fonction de la distance du point d’accès, mais également en fonction du nombre et du type d’obstacle rencontré entre le routeur et le poste client. Toutefois, il est possible d’associer plusieurs points d’accès Wifi sur le même réseau pour étendre de manière significative le signal et la qualité de la ligne radio pour le confort de l’utilisateur final. Du cote des débits, le Wifi permet d’assurer une bande passante allant jusqu'à 54mbps pour la norme G (Débits hors technologies propriétaires comme le Super G de Dlink) et 11mbps pour la norme B.

Voir la fiche : Les réseaux sans fils

Pour les appareils légers comme les PDA ou bien encore les téléphones portables, de nombreuses applications sont venues faciliter la tache de tout le monde comme par exemple la synchronisation des contacts avec une station de travail ou bien encore le transfert d’images. Des lors, la technologie Bluetooth est la plus souvent utilisée pour sa très faible consommation d’énergie, facteur primordial des périphériques nomades). Il existe 3 différentes classes pour le Bluetooth, dépendant de la puissance d’émission ce qui définit de par ce fait la portée d’émission. Ces 3 classes sont :

Classe I Puissance 100 MW (Affaiblissement 20 dbm) Portée 100 mètres

Classe II Puissance 2,5 MW (Affaiblissement 4 dbm) Portée 15-20 mètres

Classe III Puissance 1 MW (Affaiblissement 0 dbm) Portée 10 mètres

Enfin, le réseau WWAN pour Wireless Wide Area Network est le moins connu mais le plus répandu. En effet, derrière ce nom ambigu se cache le réseau de téléphonie mobile. Les technologies embarquées au sein du WWAN sont le GSM, protocole de transfert de voix, mais aussi de données à bas débit, le GPRS qui sert à transiter des données à un débit de 56kbps et l’UMTS transitant des informations à une vitesse de 512kbps. L’installation de ces antennes se fait en France par le biais de l’Autorité de Régulation des Télécommunications (ART).

Cependant, le souci majeur de ces technologies sans fil est porté sur le domaine de la sécurité. Le problème réside dans le fait que les informations, transmises généralement par ondes radio sont transmises dans une zone de couverture et non en liaison directe avec le destinataire, permettant à des personnes mal intentionnées de pouvoir intercepter les paquets de données et, du coup, recomposer les informations. Pour palier à ce problème, de nouvelles méthodes de cryptage des données viennent d’être installées mais ne sont pas compatibles avec toutes les cartes d’accès, rendant vulnérable de nombreux réseaux et donc de nombreuses informations.

D’autres types de réseaux :

De nouvelles technologies de mise en réseau sont venues au monde. Elles permettent la création de réseaux de différentes ampleurs de manière assez simple. La toute première est le CPL (Courant Porteur de Ligne). Cette technologie est destinée à faire passer des informations au travers du réseau électrique moyennant un convertisseur pour différentier les données des électrons. En pratique, il est possible de rajouter un poste sur n’importe quelle prise téléphonique se positionnant en aval du convertisseur. Sur le plan technique, ce convertisseur va superposer à la fréquence 50hz du courant électrique une nouvelle bande de fréquence oscillant entre 1.6 et 30 Mhz. Son utilisation peut très bien être utilisée sur un réseau interne comme dans un foyer ou bien une entreprise ; mais elle peut également désservir une ville complète par exemple pour l’acheminement du réseau Internet. Du cote débit, pour une utilisation interne, le débit est de 14Mps, ce qui est plutôt correct pour un partage de connection internet.

Enfin, le réseau Satellite est destiné au marché de l’Internet. Il est décline en 2 catégories, ceci dépendant du type d’antenne utilisée. En effet, il faut savoir que la plupart des antennes ne servent qu’à recevoir du flux a partir du satellite. Dans ce cas, l’utilisation d’une ligne téléphonique RTC classique est nécessaire afin de pouvoir effectuer ses requêtes. Dans l’autre cas, l’antenne dite bidirectionnelle peut donc envoyer directement ses requêtes au satellite sans avoir besoin d’occuper la ligne téléphonique. La différence est de taille puisque dans le 1er cas et à moins d’avoir une ligne téléphonique dédiée à cette connection, il sera impossible de rester connecté constamment.

Synthèse des différentes technologies :

 

Type de reseau

Ethernet

Fibre Optique

Câble

ADSL

Wi-Fi

Bluetooth

CPL

Satellite

Filaire

X

X

X

X

X

Sans Fil

X

X

X

Débit

1000Mbps

N/C

10Mbps

25Mbps

54Mbps

1Mbps

14Mbps

2Mbps

Utilisation

Données Voix

Données Voix

Internet

Données Voix

Data, Internet

Faibles données

Internet

TV

Vidéo, Internet

Vidéo, serveurs

TV

Internet, TV

Voix

Impression

Données

Données

Cible

Foyers Sociétés

Sociétés

Sociétés

Foyers Sociétés

Foyers Sociétés

Mobiles

Foyers Sociétés

Sociétés

Prix

Moyen

Très Élevé

Faible

Faible

Élevé

Faible

Élevé

Très Élevé






Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre message:

 
  nombre de visiteurs venus 484505 visiteurs (2038463 hits) Ici!

Tracked by Histats.com
Recherche personnalisée
$value) { if ($param == 'client') { google_append_url($google_ad_url, $param, 'ca-mb-' . $GLOBALS['google'][$param]); } else if (strpos($param, 'color_') === 0) { google_append_color($google_ad_url, $param); } else if ((strpos($param, 'host') === 0) || (strpos($param, 'url') === 0)) { google_append_url($google_ad_url, $param, $google_scheme . $GLOBALS['google'][$param]); } else { google_append_globals($google_ad_url, $param); } } google_append_url($google_ad_url, 'dt', round(1000 * array_sum(explode(' ', microtime())))); return $google_ad_url; } $google_ad_handle = @fopen(google_get_ad_url(), 'r'); if ($google_ad_handle) { while (!feof($google_ad_handle)) { echo fread($google_ad_handle, 8192); } fclose($google_ad_handle); } ?>
 
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=