L'encyclopédie des Sciences
  L’oursin révolutionnera-t-il les origines du système immunitaire des Vertébrés ?
 
L’oursin révolutionnera-t-il les origines du système immunitaire des Vertébrés ?

Publié le mardi 14 mars 2006.  ScienceNow

Tous les animaux multicellulaires ont développé des systèmes cellulaires et chimiques de défense contre les agents pathogènes. Mais les Vertébrés Gnathostomes possèdent un avantage majeur dans la lutte contre les agents pathogènes et les toxines : la possibilité, grâce au réarrangement de séquences d’ADN, de produire des millions de récepteurs des cellules T et d’anticorps spécifiques. Ce mécanisme porte le nom de recombinaison des fragments VDJ. Les deux enzymes à l’origine de cet atout majeur dans le système immunitaire sont nommées Rag1 et Rag2.

Leur origine était jusqu’à présent un mystère. En effet, ces deux enzymes n’avaient jamais été détectées chez les autres Deutérostomiens et Protostomiens, laissant supposer de manière très évasive que les gènes rag avaient « sauté » d’une manière ou d’une autre dans le génome d’un Gnathostome voilà quelques 450 millions d’années … Cette théorie, appelée « big-bang de l’immunologie » par certains biologistes, restait avant tout une zone d’ombre en évolution moléculaire.

Mais l’immunologiste Jonathan Rast de l’Université de Toronto a récemment isolé chez l’oursin pourpre Strongylocentrotus purpuratas un gène rag1-like , en exploitant les résultats, obtenus par d’autres scientifiques séquençant le génome de cet oursin. Par la suite, travaillant avec des immunologistes de Baltimore, l’équipe a mis en évidence les gènes rag1-like et rag2-like chez cet oursin. La fonction de ces gènes est encore inconnue, mais leurs protéines forment des complexes similaires aux protéines Rag1 et Rag2.

Pour le moment, ces résultats sont à prendre au conditionnel. Rast et ses collègues penchent pour une assimilation de ces gènes avec de véritables gènes rag, suggérant ainsi que l’apparition de la recombinaison VDJ fut un processus long et parsemé de nombreuses étapes. Les résultats de leur publication sont parus le 7 mars dans Proceedings of the National Academy of Sciences, attendus de pied ferme par les immunologistes abordant dans leurs thèmes de recherche la recombinaison VDJ. Si cette publication venait à être accueillie favorablement, c’est tout un chapitre de l’origine du système immunitaire qui serait à réécrire.

JPG - 28.6 ko
Oursin pourpre. Crédits : envtox.ucdavis.edu





Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre message:

 
  nombre de visiteurs venus 484505 visiteurs (2038389 hits) Ici!

Tracked by Histats.com
Recherche personnalisée
$value) { if ($param == 'client') { google_append_url($google_ad_url, $param, 'ca-mb-' . $GLOBALS['google'][$param]); } else if (strpos($param, 'color_') === 0) { google_append_color($google_ad_url, $param); } else if ((strpos($param, 'host') === 0) || (strpos($param, 'url') === 0)) { google_append_url($google_ad_url, $param, $google_scheme . $GLOBALS['google'][$param]); } else { google_append_globals($google_ad_url, $param); } } google_append_url($google_ad_url, 'dt', round(1000 * array_sum(explode(' ', microtime())))); return $google_ad_url; } $google_ad_handle = @fopen(google_get_ad_url(), 'r'); if ($google_ad_handle) { while (!feof($google_ad_handle)) { echo fread($google_ad_handle, 8192); } fclose($google_ad_handle); } ?>
 
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=